Payvagues

Parution février 2023, éditions L’Attente, 102 p.

Payvagues est un voyage en quatre récits avec pour guides des voix de femmes aux pouvoirs cosmo-telluriques. Des individus mènent des expériences inédites sous leur influence, dans des zones au climat bouleversé, entre désolation et merveilleux. Iels explorent des relations nouvelles avec la faune et la flore, les phénomènes géologiques et climatiques, découvrent de nouveaux états organiques et symbiotiques.

Une forme scénique est en préparation avec Christian Vialard aux machines.

La couverture du livre : photographie de Christophe Bouvier.

>>>>>>

Extrait

Les racines du paulownia grossissent, sortent de terre, de nouvelles cellules engendrent d’autres cellules. Elles bourgeonnent, s’étendent, se ramifient, se croisent pour former un tapis enchevêtré. Certaines se séparent comme un organisme indépendant. Des racines avec des petits crampons à des endroits de leurs tiges et à d’autres, de longs filaments blancs. Une association antérieure se recompose, un partenariat entre un arbre et une autre espèce végétale. Un champignon avec ses hyphes aurait contracté l’arbre. Les racines séparées sautent. Font du spasme. S’aèrent au vent, se disposent en couronne, pivotent en latéral, agitent leurs poils absorbants. Font du spasme. Se torsionnent autour des pierres dans le sol et créent des fentes d’où se libèrent des gaz. Font du spasme. Les feuilles du paulownia se dilatent et croissent jusqu’à recouvrir la remorque de chantier, les champs et les grottes des mergules. Les nervures des feuilles se bombent, se réticulent, s’agitent comme des palmes excédant les feuilles, jusqu’à former des éventails qui s’agitent au vent. Font du spasme. Une vaste canopée ploie au-dessus d’eux, une strate supérieure où l’énergie du soleil est captée. Une bulle de cimes majestueuses. Un tissu qui aurait été tendu comportant quelques trouées de lumière. La sève monte, les vaisseaux s’ouvrent. Transpiration, poussée et pression racinaire. Les feuilles des bananiers, casuarinas et agaves se spiralent et viennent rejoindre la canopée. Font du spasme. Le sol se comprime au niveau des rhizomes des bambous. Les chaumes augmentent en diamètre et évacuent des nuages noirs. Par secousses régulières, la terre régurgite, liquides nauséabonds, poches de cendres, gaz toxiques. Nuages noirs, épais, qui à force de spasmes deviennent blancs, puis incolores puis inodores. Font du spasme. Dans les dos de tortues, les lagopèdes alpins se frottent les uns aux autres. La caroncule des mâles, excroissance rouge et charnue au bord de l’iris, se dilate et devient rouge fluo. Ils suintent dans l’odeur de sucre et de miel, le nectar de la callune et autres pollens, se frottent aux feuilles pétiolées, oblongues des dryades à huit pétales, de plus en plus cotonneuses. Bourres de coton, houppe de fibres blanches et soyeuses qui s’étendent. Dans ce parfum d’éthanol à ivresse rapide, les lago caquètent et déploient leurs queues. Débute un riff à sonorités basses et creuses, le riff du KEEKRE qu’ils samplent tous ensemble. Font du spasme. Longs bruissements de l’air à longue portée, le riff ricoche contre les parois de la grotte des mergules, dans le lit du fleuve, ricoche contre pavage au fond, repris au loin par les vaches marines. 

Explorizons

Éditions LansKine, 72 p., 2021.

Explorizons est organisé comme une série de traversées. On rentre dans un lieu réel/fictif, on en sort, on rencontre des individus réels/fictifs, on suit celles et ceux qui construisent des lieux et tentent de les habiter sous différentes formes et modes : Henry Ford à Fordlandia, des jeunes à Morfondé, Grégory V. à Honolulu… Explorizons est composé de courtes fictions poétiques où se confrontent des positions, des corps, des intérêts quant aux pratiques de territoire.

Plusieurs textes du livre Explorizons sont issus de performances.
Véronique E.
Fordlandia

>>>>>>

Extraits

tu retiens deux mots, 
rate et marche, 
celui/celle qui disait cherchait un cutter, et des participant.e.s à atelier avant fin du monde et effondrement,

tu apprends à faire du feu, 
avec un miroir, concave ou convexe, quand il fait beau, si tu prends de la terre, suffisamment tamisée, tu crois, c’est cela, il y a aussi une histoire de chocolat et de papier aluminium, tu crois, faire du feu et ne pas manger l’aluminium,

tu penses aux survivalistes,
iels se préparent, font des réserves, se procurent des vivres, construisent des abris, considèrent comme zombies ceux/celles qui ne se préparent pas, n’ont pas de kit de survie et vont voir des performances, des lectures, des concerts, tu les imagines portant des AK-47, se dirigeant vers les collines avec des munitions, du porc et des haricots, traversant des tempêtes, tu te demandes s’iels préparent du futur désirable, 

tu retiens 
du futur désirable

>>>>>>

Notes de lectures

Un dernier livre avant la fin du monde par Adrien Meignan
Librairie Charybde, par Hugues Robert
Making-Off D-Fiction

>>>>>>

Dates

février 2022.
Soirée Archéo-Fictions avec Bruno Lecat, Librairie L’ours et la vieille grille, Paris.

octobre 2021.
Soirée Les poètes mènent l’enquête avec Jean-Marc Flahaut, Librairie Le Bateau Livre, Lille.
À cent mètres du centre du monde, avec la librairie Torcatis, Perpignan.

>>>>>>

Liens

https://www.editions-lanskine.fr/

Alvéoles Ouest

Éditions LansKine, 70 p., 2020.

Alvéoles Ouest est une enquête sur l’histoire du Grand Café, et du territoire nazairien, écrit pendant une résidence d’avril à octobre 2019, à l’invitation du Grand Café – centre d’art contemporain, Saint-Nazaire. Alvéoles Ouest est une fiction entre poésie et théâtre, sur l’industrialisation, les moyens de production et reproduction, les rapports de domination.

Ce livre a été publié à la suite du projet Enquête# réalisé au Grand Café : >>>>
Il fait partie de la sélection 2020 du Prix des Découvreurs.

>>>>>>

Extraits

Amélie / Tu passoires et je bartiste.
Éric / Tu bartistes et je passoire.
Amélie / Inventer nos armes,
Éric / Armes qui visibilisent,
Amélie / Dans la sphère intime et au travail,
Éric / Hors des dispositifs de surveillance et de médiation,
Amélie / Affirmatifs et autonomes,
Éric / Des lieux, des corps, des armes politiques,
Amélie / Armées de licornes qui pètent,
Éric / Et feront tout péter.

>>>>>>

Notes de lecture

Revue 303, Monde Paysan.
Le littéraire, par Didier Ayres.
Terre à ciel, par Christophe Stolowicki.
Libraire Charybde, par Hugues Robert.
Les découvreurs, par Georges Guillain
https://www.zerodeux.fr/news/trois-editions-recentes/

>>>>>>

Dates

septembre 2020.
Le channel, scène Nationale de Calais. + Soirée au Théâtre de Boulogne sur mer. Avec Emmanuel Campo et Lili Frik.

mars 2020. 
Discussion avec Sophie Legrandjacques et lectures, Le Grand Café, Saint-Nazaire. Événement remplacé par une série de rencontres sur les réseaux sociaux, avec vidéos, entretiens, flip-book…

février 2020. 
Rencontre à la Librairie Charybde, Ground Control, Paris.

C’est à trois jours

Editions Derrière la salle de bains, 2018.

Un court texte poétique en édition Fanzine sur papier bouffant, une « souche mutante d’un questionnaire de Proust ».

>>>>>>

Extraits

« elle lui demande luz-saint-sauveur 
j’ai une maison de famille 
elle lui demande son détachement 
j’ai rendez-vous vers 
elle lui demande une figure 
je me situe à un des deux foyers d’une ellipse j’entends ce que murmure l’autre 
elle lui demande son épuisement 
je fouille je coupe j’oblique dans les couches »

>>>>>>

Notes de lecture

Note de lecture par Hugues Robert, librairie Charybde

Kalces

éditions Publie.net, 2016.

Kalces est d’abord une performance. J’invite deux musiciens, Simon Nicolas au dan bau et machines, et Gurvan Liard à la vielle à roue électro-acoustique à travailler à partir de mon texte. Nous sommes en résidence à la fabrique Dervallières à Nantes en 2015. Nous obtenons une carte blanche à Trempolino, scène de musiques actuelles sur Nantes. Magali Brazil de la Maison de la Poésie de Nantes nous programme ensuite au Lieu Unique en 2018. Puis, en 2019, nous sommes invités à Québec par le Mois de la Poésie pour un concert, une lecture et une masterclasse.

En parallèle, je propose au graphiste Samuel Jan et à la photographe Margaux Meurisse de concevoir une maquette de livre. Nous envoyons à Publie-net qui publie un objet hybride, un livre-papier, un e-pub et surtout un site-web, où le lecteur, la lectrice peut entendre voix et son, naviguer dans le texte et les images, découvrir en multimédia ce road-movie poétique.

>>>>>>

Liens

https://publie.net/weblivres/kalces/

Iode

auto-éditions, 2015.

Deux voix s’affrontent. Deux voix qui s’orientent vers la rupture, abordée sur différents territoires, des pré-salés marécageux aux espaces urbains.

Graphisme : Agnès Falandry